Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2005 6 03 /09 /septembre /2005 00:00

 
Repost 0
Published by leprevost - dans nababuloscope
commenter cet article
31 août 2005 3 31 /08 /août /2005 00:00

 

 

 



Il y a trois semaines, une chose merveilleuse m’est arrivée. J’ai rencontré mon rêve. Au détour d’un clic. Jamais plus je ne dirais qu’Internet ce n’est pas le royaume du rêve. D’ailleurs, d’ici peu, j’aurais autre chose à faire que de baguenauder sur Internet, puisqu’il faudra que je fasse mes bagages.

Bon, je ne vais pas introduire plus longtemps les détails de mon aventure : tout a commencé alors que je fouillais, par Internet interposé, les rayons d’une librairie américaine, à la recherche (fructueuse, merci) d’un trésor non encore traduit en langue de Molière. Sur l’un des quatre-vingt deux pop-up que la barre Google tentait de neutraliser, j’aperçois une annonce intrigante : " Le Gouvernement peut vous attribuer une Green Card, si votre profil est jugé valide ! " Je n’aime pas trop que l’on m’interpelle sur le sujet de mon profil, et je crois que j’aime encore moins qu’on le juge. Aussi, après avoir haussé les épaules et pensé que c’était n’importe quoi, je me suis replongée dans la recherche qui m’avait amené là.

Mais ma main… la souris…mon inconscient, -que sais-je ?- avait déjà posé le doigt sur le clic de l’engrenage qui devait me mener au delà de l’océan et, oui, j’ai cliqué.

Bonjour (à partir d’ici, je traduis, car ce n’était plus du Molière), le saviez-vous, chaque année, le Gouvernement des Etats Unis organise un tirage au sort. 50 000 personnes peuvent se voir attribuer une Green Card, pour peu que leur profil soit jugé valide. Votre profil est-il valide ? (Ben…j’ai un grand nez comme tous les français dans les films américains, mais sinon ça va : je ne suis pas Gérard Depardieu, merci)

Je clique sur " Voir si mon profil… " et la question 1 apparaît : " Voir si votre nationalité est éligible : de quel pays êtes vous ? " J’hésite à écrire Afghanistan mais quelque chose me retient et je tape bêtement France. (pourquoi ? Ai-je craint de voir débarquer chez moi des Men In Black de la CIA venu s’enquérir de mes motivations ? Rêvais-je vraiment d’être éligible ?). France, donc. Bonne réponse : le Gouvernement Bush, pas chien, a donc décidé de passer l’éponge sur la couardise de ces affreux frenchies qui ne voulaient pas visiter l’Irak en temps de guerre.

Quel est votre niveau d’études ? " Je réponds, soulagée qu’on ne m’en demande pas plus, pour l’instant sur la nature desdites études -je ne suis pas sûre qu’elles entrent dans le cadre souhaité…

Dernière question (ah bon, ça suffit ?), et il est précisé que la nature de la réponse à celle-ci a une très grande importance : " Etes-vous marié (e) ? " Ah ben non, flûte. A mon âge, ça ne fait pas très sérieux, hein, c’est ça ? Et, en plus, j’ai un enfant (oups !). Serais-je obligée, en cas d’obtention de la Green Card, de cacher ma fille dans un sac, pour passer la douane ? Donc, le Gouvernement préfère des futurs immigrants mariés… Re-flûte. Evidemment, si je demande à mon jules s’il y a moyen de régler ladite formalité dans la semaine, il va poser des questions, c’est sûr, et comme je ne lui ai pas demandé s’il voulait devenir américain le mois prochain, ça va faire des histoires. Tant pis, je réponds Non

Le serveur réfléchit longuement. Mon pauvre cœur s’emballe… En bas, mon Jules fait la vaisselle, inconscient du fait que notre avenir se joue. Quitterons nous demain la France, ce pays sans espoir, pour aller explorer les plaines fertiles de l’ouest de l’Amérique ? Deviendrons nous, comme Charles et Caroline Ingalls avant nous, le blé valeureux dont sera fait le pain spirituel de l’Amérique du siècle prochain ? Verrais-je Las Vegas ?

oncle-sam.jpg

Attends moi, oncle Sam! I'll come fly with you!

 

Le serveur cesse de réfléchir, l’écran s’éclaire sur cette phrase : " Votre candidature est acceptée ! " Non, sans rigoler ? En bas, en tout petit, il est écrit " pour valider votre inscription, veuillez transférer à notre organisme, la somme de soixante euros par carte bleue ou visa " Hein ? ? Mais ça va pas ? On est des immigrants pauvres, nous ! Soixante euros, c’est bien le prix d’un baril de pétrole, au moins ! Attendez qu’on creuse dans les plaines fertiles du Texas, avant de nous réclamer des sommes pareilles, quand même… Soixante euros ! Ca m’étonnerait qu’on ait demandé ça à Charles et Caroline Ingalls. Alors, tant pis. L’Amérique attendra. Et j’ai claqué la porte du site d’un clic déçu.

Mais dès le lendemain, de merveilleuses surprises m’attendaient sur ma messagerie. La porte de l’Amérique s’entr’ouvrait à nouveau devant moi. Vingt-huit messages alléchants (ah bon, j’avais donné mon adresse ? Mais je ne le fais jamais, moi… Merde, j’ai dû être éblouie par les lumières de Broadway, quelle andouille !) me proposaient, outre du Viagra, du Botox, des crédits super intéressants, des Rolex pas chères, des vacances en bungalow à Salt Lake City (cool, c’est la capitale mondiale des mormons : ça doit être rigolo), et des études supérieures par correspondance, une incroyable opportunité : To Protect and Serve dans la police américaine !

Et depuis ce jour, pour moi, c’est tous les jours Noël quand j’ouvre ma messagerie. Ou plutôt devrais-je dire " tous les jours Christmas ".

Une fois par semaine, l’Organisation Gouvernementale du bureau des traitements de demande de visa (de carte Visa, sans doute) me relance pour que je termine de valider ma demande de candidature, et que j’acquitte ma dette de soixante euros, au passage. Bien sûr, la lune de miel entre moi et l’Amérique étant terminée, je préfèrerais qu’ils m’oublient, ainsi que je les en ai poliment priés trois fois à l’adresse mail " cliquez pour vous désinscrire de notre liste " La dernière fois, j’ai ajouté, en français quelque chose comme " foutez-moi la paix ". (Si je veux leur écrire, dans le monde réel, ils ont une adresse à Broadway, New York…)

Rien à faire, ils restent à ma disposition, et persistent à me couvrir de cadeaux. Et m’expliquent à chaque fois à quel point ma candidature est en bonne place, qu’au vu de mon dossier ( ?) mes chances sont vraiment excellentes.

Bon. Puisqu’a priori, le Gouvernement tient à ma candidature, puisque l’Amérique a besoin de moi, elle finira très certainement par venir me chercher. Moi, je ne bouge plus, j’en ai assez fait : elle n’a qu’à faire le premier pas, et m’envoyer ma Green Card, accompagnée d’une place dans un avion correct et d’un petit mot d’excuse pour avoir parlé si crûment d’argent à l’aube de notre relation.

Ca ne tardera sans doute pas, d’ailleurs. Il faut que je prévienne ma famille, et Thierry, aussi, bien sûr. Donc, si d’ici peu, ce blog s’arrête, vous saurez pourquoi : tel Christophe Colomb, chevauchant les mers, l’œil réglé sur la ligne bleue de l’horizon, un pied sur la Pinta, un pied sur la Nina, et un pied sur la Santa Maria, je découvrirais la pomme de terre de chez Mac Do, le plant de tabac qu’on ne peut pas fumer -car les coins fumeurs se sont raréfiés depuis 1492-, et les indiens en résine coloriée devant les drugstores ! Je serais devenue policier à Salt Lake City. A moi l’Amérique !

Evidemment, il y a ce problème de la bouffe qui fait grossir... 

 

PS : Je me suis déjà rédigé un petit lexique phonétique, comme celui qu’avaient les GI’s en 44, pour débarquer en Normandie :

Oudiou plize valide maille grine carde ?

Aïme euh niou citizèn ine iour bioutifoul countri, ende aïme goïngue tou chère ouize iou maille frenche culture ende euprichiète ioures.

Aille ope maille peillepeurze are ol raïte ofisseur.

Aille dou not ave aids, or ozeur dizize, aille kèn souhère it tou !

Oh iès, aille cane souhère ailleme not euh communiste.

No, nailledeur ène ofoul musulman terroriste.

Plize, taxi, teilleque mi tou brodouè, aille ave tou quique di ass of de director of di governementol orguenizeillechione of bureau des traitements de demandes de visa (en français dans le texte)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
28 août 2005 7 28 /08 /août /2005 00:00

 

 
 
Avec de vrais morceaux d'extraits du Cimetière Marin de Paul Valéry...
Repost 0
27 août 2005 6 27 /08 /août /2005 00:00

Lucas Méthé a publié un beau livre chez Ego comme X:

http://www.ego-comme-x.com/article.php3?id_article=310

Xavier Mussat aussi:

http://www.ego-comme-x.com/article.php3?id_article=93

 
Repost 0
26 août 2005 5 26 /08 /août /2005 00:00

Repost 0
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 00:00

 
Repost 0
Published by Ferlut - dans nababuloscope
commenter cet article
22 août 2005 1 22 /08 /août /2005 00:00

Aujourd’hui, je n’ai rien à dire. Ca doit venir de mon docha. Ma petite sœur m’a expliqué ça au téléphone tout à l’heure.

Je résume un peu : alors qu’elle me racontait qu’elle s’apprêtait à planter des graines de souci, j’ai bêtement voulu argumenter que ce n’était peut-être pas la saison des plantations. Oh, mais ça, c’est pas grave (a t-elle répondu, c’est juste pour essayer et en plus je crois que j’ai la main verte, c’est dans mon docha.

  • ton … quoi ? ? ? (j’ai le don de poser des questions idiotes)
  • mon docha : je suis kafa, alors je dois avoir la main verte. (kafa ça doit vouloir dire " monstre aux mains vertes)

Je ne voulais pas la vexer : je n’aime pas vexer les gens, et en plus, quand elle est vexée, ma petite sœur est terrible, ce qui doit être un trait caractéristique des kafas, je pense…)

" excuse moi, mon lapin " ai-je repris d’une voix douce pour ne pas l’effrayer " explique moi ce qui t’arrive, comment as-tu attrapé un truc pareil ? (ma petite sœur habite Paris et donc, souvent il lui arrive des choses bizarres. Peut-être qu’il y a des virus qui ne touchent que les parisiens, qu’on ne risque pas d’attraper en province)

  • Mais enfin, c’est le livre que j’ai acheté, tu sais, sur l’ayur-védique !
  • Aah… (ce doit être moins dangereux que je ne le pensais, puisqu’elle a acheté ce bouquin dans la librairie de mon quartier, en province, donc...) Bon, alors, c’est quoi ces kafas ? "
  • C’est l’un des 3 élémentaires de corps, tu vois. On peut être kafa, vata ou pita !
  • Ooh… " J’ai répondu, tout en pensant houlala…
  • Moi, par exemple, je suis kafa ( Ici, j’ai eu l’impression d’être Champollion décryptant la pierre de Rosette, parce que kafa au moins, je commençais d’entrevoir ce que ça voulais dire : blonde, les mains vertes et qui se vexe parfois)
  • En plus les kafas vivent la nuit, avec la peau pâle : c’est donc vraiment moi. " Blonde, les mains vertes et doté de gros yeux rouges habitués à l’obscurité. Brrr… pensais-je pendant qu’elle ajoutait : " Je pense que tu es un kafa aussi "

Hein ? Moi aussi ? Eeh, mais j’ai rien fait pour…

  • Tu sais, quand on connaît son docha, c’est bien plus pratique pour se soigner correctement avec des plantes. Tiens, par exemple, là, j’ai le gingembre. Tu sais ce que ça guérit le gingembre ?
  • Heuu… Tu sais, même la caissière de la supérette où j’en ai acheté le mois dernier m’a dit que c’était pas très efficace comme aphrod…
  • Je te lis ce qui est écrit dans le bouquin : Gingembre : excellent sur douleurs menstruelles, indigestion, mycoses et diarrhées.
  • Hem. Tu l’applique comment ?
  • Je sais pas. Il doit falloir faire une tisane, non ?
  • J’imagine. Je crois que si tu t’en mets une racine ou deux dans la culotte, ça doit surtout faire bizarre, hein ?
  • Mmh. Oui, surtout, ça doit gratter un peu.
  • Et piquer, aussi sans doute, non ?
  • Bon, ce doit être en tisane, alors. Tiens, dis moi un genre de problème que tu as, des fois…
  • Heuuu….
  • Bon. Prenons le mal de dents. Tu as toujours mal à ta dent, non ?
  • Oh oui ! (ça fait plus d’un an que je devrais aller chez le dentiste… C’est vrai que si le docteur Ayur-védique peut m’éviter la roulette…)
  • Mal de dent… Ah, ça y est ! Il faut de l’ail !
  • Une tisane d’ail ? ? ?
  • Eh oui, ça doit être horrible, j’imagine. "

    Silence. Du bout de ma langue, je touche ma pauvre dent qui fait mal pour la rassurer, et lui dire qu’on ira chez le dentiste, elle et moi. Au bout du fil, ma petite sœur kafa tourne les pages de son livre.

    " Il y a des boissons curatives aux pierres aussi. Par exemple pour la circulation : faire tremper toute la nuit dans de l’eau un saphir, ou un rubis. Et puis, au matin, boire l’eau imprégnée." Là, ça devient complètement décadent. Je me vois très bien passer chez la pharmacienne de mon quartier (à côté de la librairie) pour lui acheter une plaquette de rubis, madame, s’il vous plait. / Bien mademoiselle, à croquer ou à sucer ? / Oh, ben, vous savez, c’est ceux pour faire fondre, alors…/ Ben je vous donne des rubis effervescents, hein, ça fond mieux. Oh, flûte, j’en ai plus. Je vous mets les saphirs, c’est du générique, et au moins c’est remboursé et ça fait tout pareil…

    Ma petite sœur ajoute : " Il faut enlever la pierre avant de boire. Tiens, d’ailleurs, ça soigne aussi les désordres psychologiques ! L’hystérie par exemple !

    • Eeh ! Pourquoi tu me dis ça ? ? ? " Le kafa à l’intérieur de mon docha s’est mis à bouillir.
    • Hé hé… non, c’est juste pour dire que ça marche sur pleins de trucs ! Mais à la fin, ils disent aussi que, pour les prescriptions, vaut mieux voir un médecin, quand même. "

      Ma petite sœur fait des études de psychologie clinique. Un jour elle ouvrira un cabinet pour soigner les gens. Eh bien, je crois que j’irais la consulter. Au moins, la consultation ne sera pas ennuyeuse… Mais, s'il vous plait, d'ici là, ne tentez pas de m'expliquer plus avant l'Ayur-védique! Laissez-moi baigner encore un peu dans ses poétiques mystères!!

       

       

 
Repost 0
Published by Nathalie Ferlut - dans moderato conjugali
commenter cet article
20 août 2005 6 20 /08 /août /2005 00:00

Repost 0
19 août 2005 5 19 /08 /août /2005 00:00

Et moi qui croyais, au vu des occurrences relevées précédemment ici, que le rêve n’existait pas sur Internet ! Moi qui croyais qu’il fallait un peu d’éducation pour réussir par sa plume (plume pour écrire, j’entends, hein …), moi qui écoutais chaque jour les voix alarmistes de ces horribles actualités qui nous répètent que du travail, il n’y en a plus, ma bonne dame, ben non, et quand on en trouve il faut en passer par des contrats trop courts pour être pris en compte par les banquiers et les agences de location, et assortis de périodes d’essai presque insultantes… Ah ha ! Je ris à présent car depuis hier, je sais qu’on m’a menti !

Jusqu’à ce jour, j’étais auteur de Bande Dessinée, je gagnais difficilement mon pain de mie et les boulettes de volaille mijotées aux petits légumes de mon (gros) chat, avec des avances sur droits peu gratifiantes et je m’inquiétais de voir sombrer le niveau de vie des auteurs dans un marché économique paradoxalement florissant, mais tout cela est bien fini pour moi. Car hier, dans ma boite mail, j’ai reçu ça :

L'organization internationalle "L'agence d'emploi francaise"recherches un courier financier.

Vous pourriez venir d'aucune pays.
On recherches de la personnel additionel pour proceder plus de marches.

L'exigences: serieux employee, intelligent, sociable, responsible et vite.

Le job est simple. L'education speciale n'est pas necessaire.

Votre commission par semaine est basee sur 8% de chaque transfert vous faites (1,000-4,000USD par semaine). Le travail s'occupes 1-2
heurs par jour and vous pouvez s'reunissez avec votre travail principal. (Vous pouvez travaillez a domicile sur l'internet).

Il ne faut puis investir votre propre argent sur aucunes projets.

Si vous etes prets a gagner plus de largent aujourd'hui, juste ecrivez nous a: franceHayes@aol.com

Recevrez renseignments additionelles et commencer a travailler!

Salutations,
"L'agence d'emploi francaise"

Voilà! Le rêve a frappé à ma porte: ce soir, je réponds, demain je suis riche! Youpee! Il ne me reste qu'à réfléchir à ce que je ferais de tout cet argent. Pour le chat, j'achèterais des boites d'Esturgeon du grand nord mijotés aux petits légumes de Tasmanie. Je lui achèterais une chemise comme celle de Travolta dans Saturday Night Fever, et puis une Ferrari rouge pour moi sur les portières de laquelle je peindrais des flammes et tous les deux, on ira à Las Vegas écouter Tom Jones. Evidemment, il faudra peut-être que je passe mon permis, mais avec un peu de chance, la chance frappera encore à ma porte et d'ici quelques temps je recevrais ça:

Passé votre permi de la voiture en un clic de la souri. Justil fo payé 7000 euro et je répon a la kestuion: oui si on me done mon permi, je veu bien pour remercié randre servisse et oui je veu bien transporté dé truc comme de la drogue, dé arme ou dé organe umain en échanje de mon permi que vous m'envoillé, merci.

Moi, du moment que je peux emmener mon chat...

 
Repost 0
17 août 2005 3 17 /08 /août /2005 00:00

Repost 0